TFGA20

TFGA #20 : Etre ou ne pas être … à contre courant


Tous joueurs que nous sommes, nous avons tous été déjà confrontés à ce cas de figure : adorer un jeu traîné dans la boue par la critique, ou au contraire être resté totalement insensible devant un jeu acclamé par tous. Pour cette 20ème édition du TFGA, on s’intéresse à ces anecdotes où nous avons été (ou non) à contre courant !

 

5- Diddy Kong Racing, parce qu’il n’y a pas que Mario Kart dans la vie !

Un peu de retro pour commencer. Alors que la plupart des joueurs possédant une N64 se bidonnaient sur Mario Kart, mes amis et moi passions nos après-midi sur Diddy Kong Racing, un Mario-Kart like très réussi, avec des personnages comme Diddy Kong ou Banjo de Banjo Kazooie. Je n’avais et n’ai toujours aucune idée d’où viennent les autres personnages, mais qu’importe. Le système de courses était plutôt classique, mais je retiens surtout le mode solo où il était possible de visiter l’île à bord de divers véhicules comme un avion ou un hydroglisseur, et les mini-jeux, qui étaient excellents (ma préférence allant à celui où il fallait dérober les oeufs de dragons, tremble Daenerys !) . Grâce ou à cause de ce jeu, ce n’est ainsi que sur GameCube que j’ai découvert Mario Kart !

4 – Mirror’s Edge, le jeu que j’ai voulu aimer

Mirror’s Edge fait partie de ces jeux qui ont tout pour plaire : des graphismes magnifiques et aussi originaux que son concept et son gameplay, un personnage principal qui respire la classe … bref, j’ai vraiment essayé d’aimer ce jeu. Mais y jouer n’a fait me stresser comme rarement un jeu ne l’a fait. Le fait de devoir courir, sauter dans tous les sens, être sans cesse prise par le temps, d’être traquée et de devoir fuir sans pouvoir forcément se défendre efficacement, le tout à la première personne, n’était définitivement pas pour moi (je suis plutôt du genre à aimer taper dans le tas sans aucune délicatesse, ce qui n’est clairement pas le but de ce jeu). Tout au long de ma (courte) partie je n’avais qu’une envie : que cette maudite caméra arrête de tourner dans tous les sens. Bref, je me sens toujours un peu bête quand quelqu’un vante les mérites de ce jeu pour qui il est une référence : j’en reconnais aisément les qualités, mais je suis incapable de les apprécier. C’est ainsi d’un regard suspicieux que je regarde la sortie du reboot Mirror’s Edge Catalyst 

000250089_-_sut_birzhevoy_igry_v_analize

3- Fable III : l’ombre de ses aînés

Je n’ai jamais joué au premier Fable, et le second m’avait laissée complètement de marbre. Je l’ai délaissé sans vraiment de raison après quelques heures de jeux pour voguer vers d’autres aventures. Quand j’ai eu l’occasion d’essayer Fable III, j’ai été agréablement surprise : système de combat revu, graphiquement plus beau, moins dense mais plus attrayant d’un point de vue narratif (j’ai adoré l’humour et la tournure de certaines quêtes, ainsi que l’univers d’Albion), et l’idée que nos choix en tant que Roi/Reine influe sur notre royaume (et qu’on découvre les conséquences en fin de partie) m’avait beaucoup plu à l’époque. Bref j’ai beaucoup aimé ce jeu du début à la fin, ce qui ne semble pas être le cas des aficionados de Fable I et II d’une manière générale. Ai-je raté un wagon pour avoir un avis aussi enthousiaste sur ce Fable III ? Je m’interroge encore, parfois !

2- Zelda Skyward Sword

Ce thème était l’occasion rêvée d’évoquer Zelda Skyward Sword, l’un des vilains petits canards de la saga (oui, un jour j’arrêterai de citer Zelda dans tous mes TFGA). Je suis de celles et ceux qui, s’ils ont adoré Ocarina of Time, gardent un souvenir très spécial de l’épisode suivant, Majora’s Mask. Son ambiance plus sombre et parfois mélancolique, tout en gardant la magie propre à la licence, m’ont toujours fascinée. Et ce fut, pourtant, l’un des jeux les plus controversé pour cette ambiance différente. En parallèle, je reste toujours étonnée de voir que Skyward Sword, l’épisode Wii, subit le même désamour, alors qu’il est à mon sens un mélange très réussi de ce qui tout ce qui fait un bon Zelda. Il y a quelques mois, je me suis relancée dans l’aventure pour terminer le jeu à 100 % et cela n’a fait que renforcer mon avis sur le jeu. Parfait mélange entre les univers de Wind Waker et consorts et des opus plus matures comme OOT ou Twilight Princess, Skyward Sword ne cesse de me rappeler l’esthétique des films du studio Ghibli (<3), que ce soit dans son ambiance excentrique et bon enfant que dans ses personnages haut en couleurs. Ses mécaniques de jeu sont astucieuses et amusantes, et même si le jeu propose peu de quêtes annexes, certaines sont vraiment chouettes (comme les défis proposés par le Dragon de foudre). Et d’un point de vue narratif, c’est, avec Ocarina of Time, l’épisode où Link et Zelda sont les plus expressifs. Alors oui, l’agaçante Wiimote vient parfois gâter la fête, mais je reste une grande adepte de ce Skyward Sword. Je suis d’ailleurs bien contente que le prochain Zelda : Breath of the Wild, lui emprunte quelques idées !

1 – La PS Vita, injustement mal aimée

J’ai parfois l’impression de m’improviser l’avocate des pauvres consoles en mal d’amour entre la Wii U et la PS Vita, mais j’ai vraiment du mal à comprendre ce flot de haine pour la portable de Sony. On lui reproche son manque de jeux, mais depuis que j’ai acquis la console en septembre dernier, je croule sous les jeux à faire entre les Visual Novel type Daganronpa, Steins;Gates ou Virtue’s Last Reward, les RPG type Dragon’s CrownSoul Sacrifice ou d’autres jeux excellents comme Gravity Rush ou les Persona, quand je ne m’amuse pas sur Hatsune Miku Project Diva ou à refaire les Final Fantasy ou d’autres jeux Playstation emblématiques. Le seul souci que je rencontre, c’est qu’elle fait régulièrement bobo à mon porte monnaie tant les jeux sont difficiles à trouver en version boîte (et l’import n’est pas donné), et le prix de ses cartes mémoires, exorbitant, mais pourtant nécessaires pour profiter de tous les bons jeux qu’elle propose. Et bien sûr, le fait qu’elle soit délaissée par Sony même n’arrange pas son cas, mais malgré cela, je n’ai jamais regretté une seule fois mon achat et je le dis haut et fort : j’aime ma PS Vita !

PS Vita

C’est tout pour aujourd’hui. N’hésitez pas à lire le top d’Alexandre sur son blog, ainsi que celui des différents participants  !

___________________________________

Crédits :

PS Vita collection 

Oiseau de nuit créatif et dans la lune, accro à la théine. Grande adoratrice de la licence The Legend of Zelda et de RPG (The Witcher, NieR, Fire Emblem), j’aime également me perdre dans un bon livre.

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “TFGA #20 : Etre ou ne pas être … à contre courant