liseuse

Pourquoi j’aime ma liseuse en 5 points


Elles ont fait leur place petit à petit dans nos bibliothèques, et pourtant elles font encore l’objet de bien des controverses … Les liseuses, ces petits terminaux permettant la lecture 2.0, posent bien des questions sur notre rapport au livre ! J’ai pour ma part sauté le pas malgré mes réticences, et voilà pourquoi j’aime ma liseuse. 

Je suis ce qu’on pourrait appeler une grande lectrice. Pour mes études, pour mon plaisir, je dévore plusieurs livres par mois, voire par semaines quand j’en ai l’occasion. Depuis que j’ai l’âge de lire, j’amasse les livres, je les collectionne même, amoureusement. Alors quand les liseuses sont arrivées, c’était pour moi une hérésie : rien ne pourrait remplacer mes livres, la sensation de tourner les pages, leur odeur … si j’avais su  ! Même si je n’ai pas changé d’avis à ce propos, je reste une adepte de technologie et de gadgets en tout genre, ce qui m’a donné envie de découvrir cette petite bête qu’on appelle « liseuse » ou « e-reader« . Et après un an de vie commune, et bien, on ne peut décidément plus se quitter. Voilà pourquoi :

1. Ma bibliothèque dans ma poche, tout le temps.

Je me déplace souvent, et vous l’aurez compris, je lis beaucoup. Sans ma lecture quotidienne avant de sombrer dans les bras de Morphée, je me sens morose. Et adepte de belles éditions bien encombrantes quand il s’agit de choisir mes ouvrages, je n’ai pas la possibilité d’en emmener une tonne dans mon sac déjà empli de choses plus ou moins utiles … En plus, je suis de ceux qui commencent plusieurs livres en même temps, et je lis aussi bien des romans que des mangas … Et j’aime passer d’un livre à l’autre. Oh la frustration ! Et bien ma liseuse, en plus d’être un beau gadget high-tech, m’a sauvé de l’ennui bien des fois, et rien que pour ça, je l’aime bien. Plus la peine de choisir, toute ma bibliothèque et même plus encore est à portée de main. Et ce n’est pas tout ! Avec son rétroéclairage, je peux même lire la nuit, sans me faire repérer. Plus besoin de se cacher sous la couverture, la lampe de poche à la main. De belles nuits blanches en perspectives !

2. Mon appétit pour la lecture s’est renforcé

Avec la possibilité de trier ma bibliothèque numérique comme je l’entends, par auteurs, collections, ou que sais-je encore,  de savoir à combien de % j’ai avancé dans un livre, et même de recevoir des badges selon certains critères (de la même manière que les trophées dans les jeux vidéo), je suis d’autant plus motivée à terminer mes livres à 100%, et à lire plusieurs livres d’un même auteur. Et plus besoin de marque page que je finis toujours par perdre : la liseuse le fait pour moi. Et ça, c’est plutôt chouette.

3. Je prends plus de risques, je m’essaie à des genres qui ne m’auraient jamais attirée.

Et c’est le point, je pense, le plus important. Lire a un coût. Quand je suis dans une librairie face à plusieurs centaines de livres, je vais naturellement me tourner vers des valeurs sûres … donc vers des auteurs reconnus, vers des titres récompensés, histoire de ne pas être déçue et de ne pas dépenser mon argent pour rien. Ce qui est définitivement une erreur ! Depuis que j’ai ma liseuse, je découvre plein de petits auteurs indépendants, des perles que je n’aurais jamais soupçonnées à mon goût.

4. Je n’achète pas moins de livres, au contraire !

Je ne vais pas lancer le débat sur le téléchargement. Mais il faut bien avouer que le bénéfice de la découverte, comme je l’ai évoqué un point plus haut, est inhérent aux nouvelles technologies et à ce qu’elles permettent d’avoir à disposition, légalement ou pas. J’ai fait de nombreuses découvertes avec ma liseuse, que ce soit au niveau des romans que des mangas. Et je me suis découvert des coups de cœur, que j’ai eu envie de me procurer en physique, car rien ne remplace la sensation d’un bon livre. Ma bibliothèque n’a jamais été aussi bien remplie !

5. Mon horizon de lecture s’agrandit.

Je découvre des livres qui ne sont pas encore édités en France, je lis en anglais, et j’ai à disposition tous les livres tombés dans le domaine public. Passionnée de littérature classique, c’est un vrai bonheur. Les œuvres de H.P Lovecraft, le papa de Cthulhu, sont par exemple aujourd’hui dans le domaine public. Vous n’avez plus d’excuses pour découvrir cet auteur hors norme, qui a inspiré de nombreuses œuvres de fiction ! Si vous apprenez une langue étrangère, vous savez qu’il n’y a rien de mieux que de lire pour acquérir du vocabulaire. L’aspect connecté de la liseuse transcende les frontières : il est désormais facile de trouver des œuvres en langue originale. La présence d’un dictionnaire/traducteur intégré est vraiment intéressante pour progresser.

Bref : je suis ravie de mon acquisition. Et aujourd’hui, je peux le dire, je ne pourrais plus me passer de ma liseuse. Elle n’est définitivement pas un gadget futile, elle a fait sa place dans ma vie et dans mon quotidien (et surtout dans mon sac à main). Je l’utilise quasi quotidiennement, et, même si elle ne remplacera jamais mes livres, elle les complète. Je suis une lectrice épanouie.

Oiseau de nuit créatif et dans la lune, accro à la théine. Grande adoratrice de la licence The Legend of Zelda et de RPG (The Witcher, NieR, Fire Emblem), j’aime également me perdre dans un bon livre.

Laisser un commentaire

4 commentaires sur “Pourquoi j’aime ma liseuse en 5 points

  • Sam Panda

    Bel article 🙂

    Tu m’as donné envie d’acheter une liseuse meme si j’ai déjà une tablette (que j’ai d’ailleurs acheté pour lire livres, pdf et mangas) ^o^

    Je vous souhaite tout le bonheur du monde à toi et ta liseuse XD

    gros calin de panda <3

    • Clemence Auteur du billet

      Merci copain Panda ! 😀

      Moi aussi je lisais sur tablette avant, mais vu que je porte des lunettes et que je passe ma journée sur les écrans c’est vrai que la liseuse est moins agressive pour les yeux 🙂 ! Par contre pas de couleurs sur les liseuses, alors c’est bof pour les BD (mais pour les mangas c’est très bien !).

  • DarkRedman

    C’est un avis intéressant 🙂
    Pour ma part je ne suis pas encore convaincu dans le sens où il y a plus de point négatifs que positifs pour moi par exemple pour le premier point j’ai toujours eu de quoi prendre suffisamment de livres, pour le deuxième point je me suis fait un mini site ou je gère mes collections de livres, films, séries, musique ect… avec des statistiques mais j’avoue que c’est pas forcément à la portée de tous. Pour le point suivant là encore c’est plus personnel, dans le sens où je n’achète pas forcément un livre par rapport à l’auteur mais parfois juste à la couverture et au résumé. Le 4ème point je le trouve positif d’autant plus qu’on peut avoir tout les livres gratuitement (même si ça n’est pas légal) mais pour les livres traditionnels j’en achète parfois dans d’autre langues et je pense qu’on peut tout trouver.

    Il y a un point où j’ai pas encore tranché car je ne sais pas ce qui est le plus écologique des deux solutions et le moins meurtrier.

    • Clemence Auteur du billet

      Merci pour ton commentaire et pour ton avis sur la question, intéressant ! 🙂
      C’est vrai que de choisir un livre par rapport à la couverture ou « par hasard » n’est pas vraiment possible sur liseuse, on perd en spontanéité !
      Pour ce qui est du point de vue écologique, je ne l’ai pas abordé ici car je n’ai pas de réponse, mais je me suis posé la question aussi. Entre les composants électroniques et le papier, je me demande vraiment ce qui est le mieux pour la planète.