Tombraider1

Tomb Raider, les origines de Lara !


Tomb Raider aussi a droit à son reboot ! L’opus, intitulé sobrement Tomb Raider est une préquelle à la série, où l’on incarne la jeune Lara Croft, âgée de 21 ans. Elle se joint à l’équipage de l‘Endurance, pour une expédition visant à trouver le Royaume perdu du Yamatai. Mais une violente tempête les fait s’échouer dans le triangle du Dragon.

C’est sur une île dangereuse et mystérieuse que se déroule ce Tomb Raider. Le début donne de suite le ton: Lara se réveille ligotée dans ce qui ressemble à un autel sacrificiel et doit lutter pour sa survie et celle de ses amis.

La transfiguration de Lara

Le plus gros changement apporté par cet opus, c’est bien sûr le personnage de Lara. On avait l’habitude d’une aventurière sulfureuse et infaillible. Cette fascination pour le personnage la rendait héroïque mais impliquait inévitablement un certain détachement de notre part. Cette Lara est plus humaine. Pleine de boue, de blessures, elle souffre, a peur. Et c’est vraiment ce qui fait la force de cet opus, qui redonne un souffle nouveau à la série. Tout ce qu’elle vit justifie l’aventurière qu’on sera amenés à connaître. Cet épisode apporte ainsi une nouvelle dimension à notre héroïne. Partager ses sentiments et comprendre son évolution rend le jeu plus immersif.

Un constat renforcé par les graphismes époustouflants. Notre nouvelle Lara aborde des formes plus réalistes, des expressions variées, qui rendent le personnage encore plus vivant. Et les décors ne sont pas en reste. On évolue dans un environnement visuellement beau et riche. Une bonne surprise est de découvrir un monde semi-ouvert. De bonnes parties d’explorations en perspective !

Un Gameplay classique et efficace

Le gameplay est classique et efficace. On regrettera la trop grande présence de QTE, parfois maladroits (On perd plus souvent en s’écrasant lamentablement contre une montagne à la suite de QTE mal effectués que contre une horde d’ennemis enragés). On sent vraiment Lara gagner en puissance au fur et à mesure de la prise de confiance de son personnage.

L’amélioration de l’attirail de Lara, à la fois moderne et primitif (avec l’arc ou le piolet par exemple, en phase avec l’univers du jeu) se fait par un système de matériaux. Il est ainsi indispensable d’explorer l’île en quête de nouvelles matières premières pour personnaliser son équipement selon ses choix.

Une durée de vie … Franchement limite !

Mais ce jeu comporte tout de même de gros défauts. Le plus notable est sa durée de vie. Je suis pourtant quelqu’un qui prend mon temps. J’aime explorer, profiter du paysage … (une petite ballade de santé de temps en temps ne fait jamais de mal !) Malgré tout, en à peine 10h, la trame principale du jeu était bouclée… Un peu léger, n’est-ce pas ? Et vu le peu de quêtes annexes, autant dire que ce n’est pas ça qui sauvera la mise au jeu de ce point de vue.

Et malgré cette durée de vie plus que limite, certains moments de l’aventure sont répétitifs et sans surprises. On enchaîne tout au long du jeu le même schéma : Exploration, affrontements, phases de QTE. Et ainsi de suite jusqu’à la fin du jeu, qui fini en beauté niveau intensité, il faut l’admettre !

Quand la survie prend le dessus sur l’exploration.

Ce qui faisait le charme des précédents opus et faisait l’identité du jeu, l’exploration (notamment des tombeaux, le jeu ne s’appelle Tomb Raider pour rien) est reléguée au rang de quête annexe... Ce qui est vraiment dommage, car ces moments sont vraiment réussi. La quête annexe consistant à recueillir les témoignages de différents personnages et reliques pour en apprendre plus sur l’île et ses secrets était également intéressante. Ce côté du jeu aurait mérité d’être plus exploité.

Le gros problème du scénario est d’avoir trop donné de place à la survie. Si ce choix était justifié au début du jeu par l’histoire, il aurait été préférable que celle-ci se centre moins tardivement sur les secrets surnaturels de l’île et leur découverte.

Un bilan plutôt positif !

Ce reboot donne un souffle nouveau à la série, l’histoire est intéressante, le personnage de Lara vraiment bien construit, le gameplay est dynamique et le jeu immersif. Les graphismes sont sublimes. Il vaut vraiment le coup, mais peut être pas au prix fort tout simplement (Il est disponible depuis quelques temps à des prix raisonnables !) du fait de sa durée de vie et de son côté répétitif.

Oiseau de nuit créatif et dans la lune, accro à la théine. Grande adoratrice de la licence The Legend of Zelda et de RPG (The Witcher, NieR, Fire Emblem), j’aime également me perdre dans un bon livre.

Laisser un commentaire

Commentaire sur “Tomb Raider, les origines de Lara !